AUTO-EVALUATION DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL EN CROATIE

Dans le cadre des modalités d’assurance de la qualité de l’enseignement et de la formation professionnels (EFP) en Croatie, un système d’auto-évaluation des établissements d’enseignement professionnel a été mis au point. L’auto-évaluation des établissements d’EFP est contrôlée et évaluée par le comité pour la qualité, qui est désigné par l’autorité de gestion de l’établissement d’enseignement professionnel. À cette fin, le guide pour la mise en œuvre de l’outil d’auto-évaluation ainsi qu’un outil Internet appelé ?e-quality?, peuvent être utilisés, permettant ainsi un accès facile aux rapports d’auto-évaluation.

Loi sur l’enseignement professionnel («Journal du peuple», numéro 30/2009): les écoles responsables de la mise en œuvre de l’enseignement professionnel effectueront l’auto-évaluation dans les domaines clés suivants:

  • planification et programmation du travail;
  • soutien scolaire et pédagogique;
  • résultats des élèves;
  • conditions matérielles et ressources humaines;
  • perfectionnement professionnel des employés;
  • relations humaines dans les établissements d’EFP;
  • gestion et administration; et
  • coopération avec d’autres parties prenantes.

Depuis l’année académique 2012-2013, le système est mis en œuvre de façon contraignante dans les établissements d’EFP. Les écoles sont obligées de soumettre des rapports d’auto-évaluation annuels réguliers. Les personnes de contact pour les coordinateurs scolaires d’auto-évaluation sont les principaux conseillers de l’Agence pour l’enseignement et la formation professionnels et l’éducation des adultes.

Conformément à l’article 12 de la loi sur l’enseignement professionnel, l’auto-évaluation est contrôlée et évaluée par le comité pour la qualité, qui est nommé par le conseil scolaire. Le Comité pour la qualité est composé de sept membres: quatre membres parmi les professeurs et les partenaires issus du monde professionnel, un représentant des parties prenantes sur proposition du directeur de l’école, un membre comme représentant des élèves et un membre parmi les parents d’élèves. Leur rôle consiste à préparer un rapport d’auto-évaluation annuel et à le soumettre à l’Agence pour l’enseignement et la formation professionnels et l’éducation des adultes et au conseil scolaire de l’année correspondante. Les directeurs d’école nomment un coordinateur chargé de l’auto-évaluation. Ils font partie du comité pour la qualité et des personnes de contact pour les conseillers de l’Agence pour l’enseignement et la formation professionnels et l’éducation des adultes.

Une fois que l’Agence a organisé des cours de formation professionnelle, les directeurs et les coordinateurs des écoles professionnelles ont reconnu que l’auto-évaluation était l’occasion d’améliorer la qualité du travail pédagogique, la gestion scolaire et la coopération avec les partenaires. Ils ont également admis qu’il s’agissait d’une possibilité pour les écoles croates d’occuper une place privilégiée aux niveaux local, national et international.

Pendant le processus d’auto-évaluation, les coordinateurs ont souligné un certain nombre de difficultés au niveau de sa mise en œuvre, et plus particulièrement des difficultés techniques liées à l’utilisation d’outils électroniques. Certains ont fait remarquer le manque général de soutien durant le processus d’auto-évaluation, y compris de la part du comité pour la qualité. Certains coordinateurs ont signalé que certains membres du personnel scolaire ne pouvaient pas être sensibilisés à l’auto-évaluation ou au contrôle de la qualité du travail de l’école. L’absence de retour d’information de la part de l’Agence pour l’enseignement et la formation professionnels et l’éducation des adultes en ce qui concerne la qualité des analyses, des rapports soumis et des preuves présentées a également été soulignée.

Bien que le processus d’auto-évaluation dans les écoles professionnelles soit juridiquement contraignant depuis l’année académique 2012-2013, sa mise en œuvre a connu quelques difficultés. Outre les raisons mentionnées ci-dessus, des problèmes structurels se sont produits en raison de compétences territoriales floues de deux institutions nationales responsables du contrôle de l’auto-évaluation. Le centre national d’évaluation externe de l’éducation est responsable du contrôle de la qualité du travail dans tous les établissements d’enseignement (de la maternelle au secondaire, y compris dans les écoles professionnelles). Seuls les établissements d’EFP sont placés sous l’autorité de l’Agence pour l’enseignement et la formation professionnels et l’éducation des adultes. Chaque institution a mis au point sa propre méthodologie et différentes formes de rapports annuels.

Le ministère de la science, de l’éducation et des sports a lancé un processus visant à résoudre ces problèmes, conformément à la nouvelle stratégie dans le domaine de l’éducation, des sciences et de la technologie, adoptée en octobre 2014. Cette stratégie vise à uniformiser les procédures et modèles d’auto-évaluation, sans tenir compte du niveau d’éducation et du type d’établissement d’enseignement. Les objectifs communs sont notamment les suivants: réduire les formalités administratives inutiles; garantir la qualité; effectuer un contrôle et une évaluation externes périodiques de l’auto-évaluation dans tous les établissements d’enseignement; et faire des suggestions et des remarques préalables aux écoles pour leur permettre de s’améliorer.

Type
Pratique
Pays
CROATIE
Langue
BG; CZ; DA; DE; EL; EN; ES; ET; FI; FR; HR; HU; IT; LT; LV; MT; NL; PL; PT; RO; SK; SL; SV
Niveau de l'établissement scolaire
Secondary
Niveau de l'intervention
Universels
Intensité de l'intervention
Continue
Source de financement
Pas de financement

Commentaires

Ajouter un commentaire

Cette ressource fait partie des domaines/sous-domaines suivants :