La reconnaissance des qualifications des élèves ukrainiens

Image : ENIC/Ministère ukrainien de l’Éducation et de la Science

La reconnaissance des qualifications obtenues par les réfugiés dans leur pays d’origine et la bonne compréhension de leur niveau d’étude jouent un rôle important dans leur accès à l’enseignement supérieur et au marché du travail.

Le système éducatif ukrainien

Pour mieux comprendre les qualifications ukrainiennes, le Centre d’information national ukrainien pour la mobilité universitaire fournit des informations détaillées sur le système éducatif du pays. Il fait partie du réseau ENIC-NARIC, un projet commun de la Commission européenne, du Conseil de l’Europe et de l’UNESCO qui aide les organisations et les individus à trouver plus facilement des informations sur les procédures de reconnaissance des qualifications étrangères. Il répertorie également des outils de reconnaissance et des projets, comme la base de données des qualifications ukrainiennes, dont l’objectif est de faire connaître différentes qualifications de l’enseignement supérieur du pays.

D’autres informations structurées sur toute la scolarité, notamment un lien vers les programmes scolaires, sont proposées par la Fondation européenne pour la formation. Le School Education Gateway a publié un article qui résume la récente réforme éducative ukrainienne.

Certificat de fin de scolarité et accès à l’enseignement supérieur

Les règles sur la reconnaissance des qualifications de l’enseignement supérieur – à des fins professionnelles ou en vue d’autres formations – sont régies par la Convention sur la reconnaissance des qualifications de Lisbonne qui a été ratifiée par les États membres de l’UE (à l’exception de la Grèce) et l’Ukraine. Cette convention repose sur un principe fondamental : les qualifications doivent être reconnues, à moins que l’institution gérant la reconnaissance prouve qu’il existe des différences substantielles entre la qualification à reconnaître et la qualification locale correspondante.

Le réseau NARIC a créé le projet Erasmus+ Q-entry, une base de données qui propose des informations sur les qualifications obtenues en fin de scolarité donnant accès à l’enseignement supérieur, à l’échelle nationale, dans l’UE et dans les pays ne faisant pas partie de l’UE. Cette base de données comprend des informations sur les qualifications ukrainiennes et peut être utilisée pour accompagner les procédures de reconnaissance des qualifications de personnes bénéficiant d’une protection temporaire.

De plus, le ministère ukrainien de l’Éducation et de la Science propose un résumé des conditions d’admission et des niveaux de qualification dans l’enseignement et la formation professionnels (EFP).

Faire face à l’absence de pièces justificatives

Le manque de pièces justificatives peut également poser des problèmes lors de l’évaluation des qualifications des réfugiés. Dans la recommandation du 5 avril 2022 sur la reconnaissance des qualifications universitaires et professionnelles pour les personnes fuyant l’invasion russe de l’Ukraine, la Commission européenne encourage les États membres à vérifier d’abord si une confirmation fiable des qualifications acquises peut être obtenue auprès des autorités ukrainiennes. La Convention sur la reconnaissance des qualifications de Lisbonne (Article 7) prévoit des démarches complémentaires en ce sens. Il existe différents outils, notamment :

  • l’Erasmus+ Refugees and Recognition – Toolkit 2 (REACT) (Réfugiés et reconnaissance – Boîte à outils 2) a créé des outils et des méthodologies spécifiques à l’intention des évaluateurs accrédités susceptibles de faciliter la recherche de solutions dans ces situations ;
  • le Manuel de l’espace européen de reconnaissance (financé par ERASMUS+) contient des normes et des recommandations sur tous les aspects de la reconnaissance des qualifications étrangères et des qualifications des réfugiés ;
  • le Passeport européen des qualifications des réfugiés du Conseil de l’Europe est une méthode d’évaluation créée à l’intention des personnes ne disposant pas de toutes leurs pièces justificatives et qualifications – il fournit un document standardisé qui explique les qualifications qu’un réfugié est susceptible d’avoir sur la base des preuves disponibles ;
  • le Passeport UNESCO des qualifications pour les réfugiés et les migrants vulnérables a pour objectif d’améliorer l’accès de ces derniers à l’enseignement supérieur en reconnaissant leurs apprentissages et leurs qualifications. C’est un document standardisé en trois parties : évaluation, explication, voie à suivre.