Quand les connexions et la continuité contribuent à la santé mentale et au bien-être des élèves réfugiés

Image : Pan Xiaozhen / Unsplash.com

Faire l’expérience de la guerre, devoir soudainement abandonner son environnement habituel ou s’inquiéter pour ses proches peut avoir un impact négatif sur la santé mentale et le bien-être des enfants réfugiés. Cela affecte également leur processus d’apprentissage. Il est donc essentiel que les établissements scolaires acquièrent les compétences nécessaires pour s’occuper des réfugiés, notamment ceux qui en accueillent un grand nombre.

Les établissements compétents connaissent les besoins spécifiques des réfugiés et font en sorte que leurs équipes disposent des compétences et des outils nécessaires pour les accompagner. Afin d’éviter les retards d’apprentissage, un soutien psychosocial peut être intégré aux pratiques pédagogiques des établissements. Cet accompagnement doit également être incorporé dans un dispositif plus large et transversal prenant en compte l’ensemble des besoins des enfants, en collaboration avec les services sociaux et de santé.

Plusieurs projets Erasmus+ et Horizon 2020 ont préparé des ressources et des méthodes à cet effet. Les établissements scolaires et les enseignants peuvent les utiliser pour accueillir les enfants réfugiés, pour répondre à leurs besoins émotionnels (p. ex. se sentir en sécurité, surmonter les séparations, les pertes, le chagrin et les traumatismes) et sociaux (p. ex. le sentiment d’appartenance ou la communication avec les autres) et pour coopérer avec des spécialistes.

Ressources :

  • Ce séminaire Web du School Education Gateway montre comment les établissements scolaires peuvent répondre aux besoins des enfants désemparés et traumatisés et améliorer leur santé mentale et leur bien-être. Il évoque les facteurs de risque et de protection en jeu dans les populations de migrants et de réfugiés, ainsi que la façon dont ces facteurs peuvent être traités dans le contexte de l’établissement. Il propose également des conseils concrets, notamment sur l’importance de l’art et de passer du temps dans la nature, sur le recours aux « petites joies du quotidien » routinières et sur le rôle du soutien par les pairs.
  • La Boîte à outils européenne pour les écoles et établissements regroupe une grande variété d’interventions et de ressources dans différentes langues, notamment les projets RefugeesWellSchool et SHARMED: Shared Memories and Dialogue. De nombreuses autres ressources seront mises à disposition dans les prochains jours.